Jump! sur LeVif.be : "Le mouvement Jump! For Brussels est non-partisan et "urbain", et il le revendique!"

Le 13 novembre 2018, le Vif.be publiait une opinion d’un conseiller communal de Woluwé-Saint-Pierre, critiquant le nouveau mouvement bruxellois Jump! For Brussels.  Par la même occasion, celui-ci remettait en cause les mouvements politiques non partisans qui ont émergé ces dernières années, et défendait sans détour la particratie. Pour le conseiller communal : « trop de démocratie tue la démocratie ». Nous souhaitons brièvement répondre à ses critiques. 

Jump! For Brussels est un mouvement politique non-partisan. 

Jump! For Brussels est un mouvement politique non-partisan qui regroupe celles et ceux qui ont pour ambition de faire revivre Bruxelles et de présenter un projet concret et pragmatique pour répondre aux défis de taille auxquels sont confrontés les Bruxellois depuis tant et tant d’années. 

 Contrairement à ce qui a pu être indiqué, Jump ! For Brussels n’est pas le projet de quelques-uns déçus de l’un ou de l’autre parti politique mais d’hommes et de femmes qui sont convaincus que les enjeux Bruxellois, les enjeux de notre ville (en termes de mobilité, de propreté, d’environnement, d’urbanisme, de protection du patrimoine et de cohésion sociale) ne sont ni de gauche, ni de droite, ni du centre mais des problèmes objectifs auxquels il faut répondre avec hauteur et pragmatisme. 

 

Faire de Bruxelles une ville unifiée, moderne, efficace, qui entreprend et qui avance.

L’opinion du conseiller communal nous reproche notre démarche non partisane. Nous pensons que c’est une erreur. Il faut à Bruxelles, plus qu’ailleurs, dépasser les clivages afin que la politique bruxelloise retrouve du sens. Nous comprenons que notre projet de fusion des communes engendre des craintes auprès de certains élus purement communaux. Mais nous rêvons de faire de Bruxelles une ville unifiée, moderne, efficace, qui entreprend et qui avance. Cette ambition nécessite de profondément rationaliser le fonctionnement de la ville-région. 

Bruxelles ne doit pas être une ville-autoroute à navetteurs prise en étau entre deux régions. Nous revendiquons une identité bruxelloise, multiple, moderne, diverse : une fierté. Le droit d’appartenir à quelque chose et d’y vivre bien. 

Par le passé, les décideurs politiques de quelque bord que ce soit, étaient enclins à mettre de côté leurs différences au service du compromis et du bien public, la collaboration entre les partis était davantage caractérisée par la collégialité et par un sentiment d’appartenance commune.

Pour commencer à regagner la confiance et l’admiration des Bruxellois, il convient d’élever sensiblement le niveau du débat et refaire de la politique au sens premier du terme. 

Retrouver l’article sur le site du Vif/L’Express en cliquant ici.

NewsJump Rebuild Brussels